Frédéric Maillet

Orthoptiste Conventionné
Toulouse

DU Troubles des Apprentissages
Master 1 Psychologie Cognitive

Outils pour utilisateurs

Outils du site


faq:perception

La vision ne se limite pas aux aspects sensorimoteurs.
La perception, visuelle et spatiale, est définie comme le processus qui permet l'analyse des données sensorielles pour aboutir à une représentation utilisable par notre système cognitif.

Définitions

Le système visuel

Il regroupe les organes sensoriels et les éléments du système nerveux central impliqués dans le traitement de l’information visuelle. Il inclut les yeux et l’ensemble des réseaux neuronaux et leurs connections jusqu’au cortex visuel et les autres parties du cerveau. Il permet un certain nombre de tâches complexes : de la réception de la lumière à la construction d’une perception binoculaire à partir de la paire d’images issues des projections rétiniennes ; l’identification et la catégorisation des objets visuels ; l’évaluation des distances avec, et entre, les objets ; le guidage des actions en relation avec les objets vus.

La vision

C'est l'action, le fait de voir. A la fois processus et produit, c'est aussi le résultat de la perception visuelle.

La cognition

Inspiré par une métaphore informatique, l'individu est réduit à un système de traitement de l'information symbolique, et la cognition est alors la manipulation de ces symboles.

La perception

C'est le traitement psychologique de l’information visuelle : c’est la capacité à interpréter l’environnement grâce au traitement de l’information contenu dans la lumière visible. On opère donc ici une distinction entre le support physiologique à la vision (les aspects sensorimoteurs et l'ensemble des voies visuelles jusqu'au cortex visuel) et le traitement de l'information visuelle. La perception est classiquement définie comme la construction d'une représentation du monde, ici le monde visuel.

La représentation

La représentation mentale est le nom donné aux symboles manipulés par le système cognitif, la cognition.

La cognition peut alors se résumer dans un schéma selon lequel la perception d'un réel objectif se prolonge en représentations mentales manipulées ou traitées par les processus cognitifs pour agir.

Niveaux d'analyse

David Marr propose en 1982 trois niveaux d'analyse d'un système cognitif :

  • niveau computationnel : que fait le système ? Quels problèmes résout-il et pourquoi le fait-il ?
  • niveau algorithmique/représentationnel : comment le système fait-il ce qu'il fait ? Quelles représentations utilise-t-il et quels sont les traitements qui manipulent ces représentations ?
  • niveau physique/implémentationnel : comment le système est-il physiquement réalisé ? Quelles sont les structures physiologiques, neurologiques, les activités neuronales qui implémentent le système ?

L'orthoptiste, y compris en première analyse dans son approche neurovisuelle, se situe donc au niveau implémentationnel. Nous analysons le fonctionnement, et par suite les dysfonctionnements, des aspects sensoriels, moteurs, neurologiques de la vision. Marr soulignait l'insuffisance d'une analyse limitée à ce niveau. Il rappelait qu'on ne pouvait comprendre le vol des oiseaux en étudiant seulement les plumes:

“[…] Pour comprendre le vol des oiseaux, nous devons comprendre l'aérodynamique ; c'est alors seulement que la structure des plumes et des différentes formes d'ailes des oiseaux prennent du sens.”

Mais la pensée de Marr souligne tout autant l'avantage que l'orthoptiste peut avoir dans une réflexion sur la fonction visuelle. Nous rencontrons quotidiennement les limites d'une analyse uniquement représentationnelle : avoir conscience de voir ne suffit pas à considérer que la vision est fonctionnelle et notre effort de formation vers les deux premiers niveaux d'analyse se complète souvent d'un effort d'éducation de nos interlocuteurs quant aux exigences qu'impose le niveau implémentationnel.

Théorie classique de la perception

Le cognitivisme classique, suivant une métaphore informatique, envisage la pensée comme un système de traitement de l'information. Les “processus” cognitifs sont alors un ensemble de procédures, d'algorithmes, qui codent, stockent, manipulent des symboles.
La représentation mentale serait cette information symbolique, représentation imagée, sonore, sémantique… Percevoir serait donc un processus qui coderait des informations sensorielles d'entrées en une représentation mentale manipulable par notre système cognitif. Dans le cadre d'une théorie réaliste de la connaissance, le réel existe et il se donne à voir. Percevoir serait donc construire une copie du réel. Le traitement relève ensuite de la cognition.

Mais “voir est quelque chose que nous faisons, pas quelque chose qui se produit dans notre cerveau…” et si le concept de représentation a démontré une utilité pragmatique, il reste questionné.

…à suivre

Théorie sensorimotrice de la perception

“La fonction de la perception est de fournir une plateforme effective pour l'action […] en termes d'évolution, la fonction de la perception est de nous permettre d'interagir avec les objets du monde qui nous entoure.”

… à suivre

faq/perception.txt · Dernière modification: 2016/08/31 20:16 (modification externe)